Oscar Peterson


Image: Oscar Peterson (avec la permission de la Société canadienne des postes)


Oscar Peterson jouait du piano d'une façon exceptionnelle, inégalée par très peu de musiciens. Considéré de son vivant comme étant le plus grand pianiste de jazz au monde, il a exercé une profonde influence sur la musique canadienne. Oscar Peterson est né à Montréal en 1925, de parents d'origine antillaise. Son père Daniel, qui exerçait le métier de porteur de bagages pour le Canadien Pacifique, dirigeait l'orchestre familial à l'occasion de concerts présentés dans des églises et des salles communautaires de Montréal. Dès l'âge de cinq ans, Oscar jouait de la trompette mais, après avoir vaincu la tuberculose, il se tourna vers le piano à l'âge de huit ans. Par la suite, il fréquenta le Conservatoire de musique du Québec à Montréal. À l'adolescence, il remporta un concours amateur et lança sa propre émission de radio, intitulée Fifteen Minutes' Piano Rambling, à Montréal. Ses premiers disques lui ont valu le surnom de « bombardier brun du boogie-woogie ».

C'est en 1951 qu'Oscar Peterson forma un premier trio (piano, guitare et contrebasse). Pendant les années 1950, il s'est hissé au premier rang des musiciens de jazz, grâce à la présentation de spectacles et à l'enregistrement de disques partout aux États Unis et en Europe. Malgré ses voyages, il a toujours conservé son port d'attache à Montréal, puis à Toronto par la suite. En tant qu'enseignant, il a rédigé quatre manuels d'exercices à l'intention des pianistes de jazz. Pendant les années 1980, cependant, l'arthrite a allégé le calendrier de spectacles jusqu'alors très chargé d'Oscar Peterson. En 1993, lors d'une représentation à New York, il fut victime d'un accident vasculaire cérébral.
Après deux années de convalescence, Peterson reprit les tournées, la composition et les enregistrements. Il a fréquemment pris part à des émissions de radio et de télévision, en tant qu'interprète et animateur. Son jeu, qui comportait de brillants passages « pareils à des jaillissements d'étincelles », a continué d'émerveiller les critiques qui le qualifiaient d'« électrisant ».

Oscar Peterson était également compositeur. Canadiana Suite (1963), dont les thèmes de jazz s'inspirent des régions du Canada, et son Hymn to Freedom sont deux de ses compositions les plus connues. Il a également composé de la musique pour les Ballets Jazz de Montréal et les Jeux Olympiques d'hiver de 1988, tenus à Calgary.

Parmi les innombrables prix et honneurs décernés à Oscar Peterson, citons des Grammy Awards, l'intronisation à l'International Jazz Hall of Fame, des Prix Junos, l'Ordre du Canada, l'Ordre des Arts et des Lettres de France, le Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène (1992), ainsi que de nombreux titres honorifiques. Peu de Canadiens sont en mesure d'égaler cette réussite et cette reconnaissance. Oscar Peterson est décédé en 2007.

Oscar Peterson - Une sensation jazz
Site multimédia interactif sur Oscar Peterson, présentant des notes biographiques, des articles, des photos et des pièces musicales.

Fonds Oscar-Peterson
Site Web du fonds Oscar-Peterson. Par Bibliothèque et Archives Canada.

Oscar Peterson – “You Look Good To Me”
Pour visionner Oscar Peterson jouant ‘’You Look Good to Me’’. De YouTube.

Oscar Peterson présente...
Un vidéo-clip de Radio-Canada qui présente un spectacle de Oscar Peterson.

Musiciens noirs et musique noire
L’histoire de la musique noire du Canada, extrait de l’Encyclopédie de la musique au Canada.

Oscar Peterson
Biographie exhaustive du légendaire Oscar Peterson. Extrait de l’Encyclopédie de la musique au Canada.

Oscar Peterson: A Jazz Giant
Des clips (audio et vidéo) de la Société Radio-Canada mettant Oscar Peterson en évidence.