Jackie Robinson



Play video



Pendant un siècle, le baseball est demeuré un sport de Blancs. Cette situation s'est transformée à jamais en 1946, lorsque Jackie Robinson, alors membre des Royals de Montréal, signa le contrat lui permettant de devenir le premier joueur noir de baseball professionnel des ligues majeures.

Les Royals, équipe de la Ligue internationale, constituaient le club école AAA des Dodgers de Brooklyn. Branch Rickey, président et propriétaire des Dodgers, choisit Montréal comme ville d'essai pour son audace, en déclarant qu'il considérait Robinson comme un joueur de baseball d'abord et avant tout, et que sa sélection était une question d'équité.

La nouvelle de la signature du contrat entre les Royals et Jackie Robinson souleva une tempête de controverse. Lorsqu'il jouait à l'extérieur, Robinson s'exposait aux menaces et aux huées. Les critiques avaient exprimé leurs réticences à son sujet, en affirmant qu'il était trop musclé pour faire un frappeur efficace. C'est le 18 avril 1946 que Jackie Robinson prit part à son premier match pour les Royals, à Jersey City, dans l'État du New Jersey. Ce jour là, il exécuta le genre de jeux qui le firent entrer dans la légende. Il se mérita quatre points en quatre coups sûrs, dont un circuit qui lui valu trois points, en plus de voler deux buts. Les Royals remportèrent la victoire par un score final de 14 à 1.

Jackie Robinson a démontré, sur le terrain comme à l'extérieur, que les joueurs de baseball noirs méritaient autant de jouer dans les ligues majeures que n'importe qui. Pendant la seule année où il a joué pour les Royals, il a aidé son équipe à remporter la « Petite série mondiale »; après quoi, il fut promu chez les Dodgers. Jackie Robinson a pris sa retraite du baseball en 1957. Il est décédé en 1972.

La minute Historica intitulée Jackie Robinson présente une dramatisation des moments importants de sa vie. En regardant cette vignette, vous approfondirez vos connaissances sur Jackie Robinson.

Des Royals de Montréal à Jackie Robinson
Un bref article sur l’impact que causa l’arrivée de Jackie Robinson aux sein des Royals de Montréal en 1946.